PREHISTOIRE

Classé dans : Plantes et Fleurs | 4

Histoire des fleurs

PREHISTOIRE

 

 

Un peu d’Histoire ou plutôt de prehistoire aujourd’hui. Vous ne vous êtes jamais demandé d’où nous vient cette utilisation des fleurs ? Dans l’ornementation, le symbolisme, le funéraire, … et le “faire plaisir” d’aujourd’hui?

Je vous propose une série d’articles dédiés à l’évolution des pratiques florales dans notre histoire. Ce mois-ci, je vous présente une synthèse de trois découvertes archéologiques datant de la préhistoire.

 

Vanité – Rachel Ruysch

 

Je suis diplômée d’une licence d’histoire de l’art et d’archéologie mais les pratiques autours du végétale n’étaient pas ma spécialisation. Mon truc c’était plutôt la préhistoire, les “nonos”, les pratiques funéraires et l’archéozoologie, l’étude animal. En gros, nos ancêtres et leurs poubelles. Vous me direz “pas très fleuri tout ça!”. Certes pas très glamour, mais fleuris, un petit peu tout de même.

pollen – site de El Miron

En 2010, des archéologues ont mis au jour une sépulture féminine, dite de la “Dame Rouge” dans la grotte de El Miron, en Espagne. Je vous passe les détails scientifiques, mais en ce qui nous concerne, cette dame enterrée là il y a plus de 18 700 ans a bénéficié d’un traitement funéraire particulier. Cette femme d’une trentaine d’années a été inhumée avec des fleurs de couleur jaune. Les chercheurs le savent grâce à l’étude pollinique de la sépulture. Une forte concentration de pollens de Chenopodiaceae (famille des épinards) laisse penser aux chercheurs que cette plante aurait pu être utilisée comme offrandes.

 

Un autre cas a été constaté en Israel, sur un site datant de 11 700 à 13 700 ans. Les morts étaient déposés sur un lit de plantes, dont des espèces aromatiques comme la menthe, la sauge ou encore le scrophulaire, des fleurs aux couleurs vives lors de leur floraison. Cela laisse penser qu’elles étaient choisies pour leurs qualités esthétiques. Aucunes autres traces de ces plantes ont été trouvé dans la grotte, ce qui laisse là aussi penser qu’elles y ont été déposées intentionnellement.

 

Et Néandertal alors ? Sur le site de Shanidar au Kurdistan irakien, la tombe 4 datant d’il y a 52 000 ans renfermait le squelette d’un néandertalien inhumé sur un lit de plantes fleuries. Et oui, je suis de ceux qui défendent nos cousins. Finit l’image de la grosse brute. Ces plantes appartiennent à sept espèces précises : achillées jaunes et blanches, les centaurées jaunes, les muscaris bleues et le séneçon éphédras, jaune vif. Cette dernière a de petites fleurs. Riquiqui mais aux vertus hallucinogènes. Et une dernière espèce qui n’a pas été déterminée.

Ces découvertes nous prouvent que nos ancêtres avaient des préoccupations vis à vis de leurs morts. Des préoccupations culturelles et cultuelle.

 

 

Jan Brueghel l’Ancien

 

 

Voici donc les sites les plus connus au sujet de l’utilisation de la fleur à la préhistoire. Il y en a beaucoup d’autres, je vous épargne l’utilisation des plantes fleuries dans l’alimentaire. Il faut savoir que lors d’un chantier archéologique, les études polliniques ne sont pas systématiques. Tout dépend du statut du chantier, du sujet d’étude et bien sur comme toujours des financements …

Le mois prochain je vous parlerai de l’époque Antique. Le sujet est beaucoup plus étudié et publié. En plus des données scientifiques exposées par les chantiers, nous avons de l’iconographie, de la statuaire, des peintures murales etc… qui nous donnent tout un tas d’informations.

La prehistoire est mon époque archéologique favorite. Je n’y ai pas consacré trois ans pour rien. Si vous avez des questions pour pousser le sujet, n’hésitez pas, je serai ravis de faire plus de recherches et d’y répondre.

LOVE

 

Illustrations : les deux tableaux présentés dans cet articles me servent seulement d’illustration. Ils ne servent en aucun cas a représenter les sites étudiés.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire! j’aime connaitre vos avis!

Pour cela remplissez les champs requis avec la petite étoile et validez en cliquant sur envoyer un commentaire! 

Print Friendly, PDF & Email

4 Responses

    • By Morgan

      bonjour,
      je ne suis pas une spécialiste, mais on sait que les tubéreuses, bulbes et autres racines faisaient partie de l’alimentation de nos ancêtres. En ce qui concerne le crocus, ou le safran, il est normalement originaire de la méditerranée, de Grèce, Crète ou même Italie et il était très utilisé dans l’antiquité. Je ne suis pas assez calé en botanique pour mieux vous répondre. Je me renseigne 😉

  1. Podevin

    Bonjour,
    Vos recherches m’ intéresse car je suis entrain d’écrire un mémoire sur l’utilisation des fleurs dans la pâtisserie et étant entrain d’écrire la partie historique je voulais savoir si vous aviez des informations ?
    Merci beaucoup
    Podevin Loïs 🙂

    • By Morgan

      Bonjour,
      Je ne m’y connais pas assez concernant l’utilisation de la fleurs dans l’alimentation, mais vous pouvez surement tourner vos recherches sur des écrits concernant l’utilisation des plantes médicinales ou des plantes oubliées dans la cuisines. ça pourrai peut être vous orienter vers des sources plus ciblées par rapport à votre sujet de recherche.
      Je suis désolée, je n’ai pas de sources précises à vous donner…
      Merci de votre intérêt pour mon article.
      A bientôt,
      Morgan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *